Christian Lapie
Christian Lapie

Figures sombres et intemporelles, étranges et protectrices à la fois, les sculptures de Christian Lapie captent inexorablement le regard par l’extraordinaire et universelle présence qu’elles dégagent.

christian LAPIE
christian LAPIE

Christian Lapie fut élève à l’École des Beaux-Arts de Reims de 1972 à 1977. Il poursuivit ses études à l’École nationale supérieure des beaux-arts de Paris de 1977 à 1979. Il se consacra tout d’abord à la peinture et réalisa des œuvres à partir de bâches montées sur châssis à l’aide de craie, oxydes et cendre. Il réalisa des bas-reliefs à partir de tôles, ciment et bois calciné comme dans deux de ses œuvres : In Case of War (1992) pour le FRAC de la région Champagne-Ardenne et War Game (1995).

Après un séjour dans la forêt amazonienne, il se consacre à la réalisation de sculptures monumentales, des figures de bois brut et calciné : Fort 61, parc de sculptures d’Echigo Tsumari au JaponThe Crow’s Nest au Canada. Il réalisa d’autres œuvres pour la Fondation Salomon au Château d’Alex, le musée des beaux-arts de Reims, l’abbaye Saint-Jean d’Orbestier, le château d’Arsac, le Pupitre des étoiles au parc de Sceaux (œuvre en fonte), In Path of the Sun and the Moon à Jaipur en Inde (œuvre en pierre)1Constellation de la Douleur en 2007 pour le Chemin des Dames, sur la Place Stalingrad à Reims et devant la Gare de Champagne-Ardenne TGV. Il présente 10 installations depuis 2014 aux Château de Vullierens en Suisse2. Son œuvre à Ngaoundéré au Cameroun, Djaoulérou 1 à 5 a été détruite.

christian LAPIE
christian LAPIE
christian LAPIE
christian LAPIE

Je laisse un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :