marcin Owczarek
marcin Owczarek
Marcin OWCZAREK
Marcin OWCZAREK
Marcin Owczarek

Marcin Owczarek, né en 1985. Vit et travaille en Belgique.

owczarek.atelier@gmail.com

Interview :

Mon art s’est toujours concentré sur la condition de notre globe et la condition de l’homme. J’utilise la photographie et le collage pour créer des images surréalistes axées sur l’identité, les rêves, les nouvelles technologies, la bio-science, l’inconscient, la morale, les situations sociales, les comportements, les habitudes, les rituels, les changements biologiques, la dépression en milieu urbain ? impact sur la vie humaine. Observer. Se documenter. En conséquence, je crée l’image du 21ème siècle et l’image de notre société actuelle, remplies d’allusions, de métaphores, d’allégories.

Un séjour sans faille

Avant de commencer un nouveau travail, je fais toujours un croquis conceptuel très délibéré. Je n’utilise jamais des caractères particuliers par accident. L’univers que je crée et le reflet que je souhaite transmettre doivent être façonnés de manière parfaite. Dans le cas de personnages, j’utilise par exemple des animaux – comme symboles ou allégories. De cette façon, ils reflètent la vertu ou l’imperfection de l’homme. Dans beaucoup de mes images, j’utilise des oiseaux car ils symbolisent l’âme humaine emprisonnée dans le corps mortel. Dans mon travail intitulé « La dernière goutte d’eau », j’ai employé des éléphants. L’éléphant est un symbole de paix, de force, de compassion et de sagesse. Au Tibet, l’éléphant détient tout le cosmos. À mon image, les éléphants brûlent et aspirent à l’eau. Je pense que l’interprétation est évidente. Autre exemple, lorsque j’utilise des monuments ou des bâtiments, ces éléments ont également une valeur historique, connotations métaphoriques ou symboliques. Par exemple, le principal objet de mon travail intitulé «Le gardien de la clé de la ville» est la bibliothèque. Si nous nous référons au langage symbolique, nous apprenons que la bibliothèque est définie comme la source du mystère, de la connaissance et de la puissance. La bibliothèque est également très liée au labyrinthe, c’est pourquoi tous ces manekines à mon image sont obligés de mener avec le labyrinthe (de la vie).

En utilisant divers symboles et la profondeur de la pensée intentionnelle, je veux que mon art soit interprété à plusieurs niveaux. Par conséquent, vous pouvez également remarquer qu’il existe de nombreuses images plus petites dans une image que je termine. Cette subtile signification vous indique que vous pouvez ouvrir autant de portes que vous le souhaitez et interpréter mes collages jour après jour de manière différente. Les possibilités sont infinies.

Un séjour sans faille

LA MANIÈRE DE TRAVAILLER TEXTE DE JUTTA MELCHERS.

Marcin Owczarek, artiste photo, compare le moment initial de la création d’une nouvelle œuvre à un voyage. Il utilise des milliers de photographies individuelles, qu’il considère avec une extrême prudence avant de commencer le processus artistique. Il commence par dessiner l’image qu’il souhaite générer sur un morceau de papier; une étape purement conceptuelle. Il se tourne ensuite vers l’ordinateur pour «donner naissance» à ce qu’il souhaitait réaliser via son croquis, aboutissant à un collage. Le temps requis pour ce processus de création varie considérablement. “The City of Illusion”, par exemple, a pris trois mois à Marcin Owczarek, l’artiste travaillant sur ses collages entre douze et quatorze heures par jour.

At the beginning of his career as an artist, Owczarek used to create traditional collages on paper. Meanwhile, he works exclusively at the computer, as digital collage offers him many more opportunities to articulate his thought processes and perceptions. It also allows him to connect complex elements and reflections and to shape them into a coherent universe. His art consists of photography, painting and traditional collage elements, which he combines with the support of a computer programme called Photoshop.

L’essence de son art réside dans sa tentative de créer le passage du temps, qui restera contemporain dans les siècles à venir. C’est le résultat de l’histoire passée, de ses observations actuelles et, enfin, de ses prophéties personnelles. Il croit que chaque décennie de l’histoire humaine est également importante pour comprendre l’ensemble du processus. C’est pourquoi certains thèmes sont essentiellement universels et se reproduiront tant que ce monde existera. En dernière analyse, Marcin Owczarek estime que l’art est un activisme; il devrait démolir les murs plutôt que de les construire. En tant qu’artiste, il décrit les sentiments et les lieux que d’autres personnes cherchent à cacher à leurs semblables ou tout simplement à oublier.

En utilisant intentionnellement de nombreux symboles, Marcin Owczarek souhaite que son art soit interprété à plusieurs niveaux. À ses yeux, le collage est le moyen idéal pour refléter à la fois les vertus et les imperfections humaines.

Un séjour sans faille

«PARADIS PERDU»: UN ESSAI.

Le Livre de la Genèse décrit le jardin biblique d’Eden (le paradis) créé par Dieu pour le premier homme et la première femme – Adam et Eve. On croit que Dieu a formé les êtres humains à vivre dans un paradis et leur a dit de se multiplier et de coexister avec les animaux, les plantes et tout ce qu’il avait créé. C’était le moment de l’innocence; les premiers humains vivaient avec Dieu en harmonie avec la nature. Les rivières et les lacs étaient limpides et aucun vol ou péché n’était connu.

Dans le jardin, Dieu a placé l’arbre de la connaissance du bien et du mal, dont il était interdit de manger des fruits. Piégés par le serpent, Adam et Eve ont mangé le fruit de l’arbre interdit et ont été bannis du paradis en conséquence. L’expulsion était un fait. Le paradis était perdu. L’âme était emprisonnée dans un corps mortel. L’acte de consommation du fruit a été considéré comme le péché originel commis par Adam et Ève, et est par la suite devenu connu comme la chute de l’homme. La chute a corrompu la nature humaine et le monde naturel dans son ensemble. À ce moment-là, l’humanité est devenue mortelle, l’état d’innocence a disparu et le monde actuel, rempli de souffrance et d’injustice, a été institué. Il est important de rappeler qu’à partir de ce moment, les gens ont également été obligés de se lancer dans une quête de rédemption.

Comme mon art se concentre principalement sur la condition humaine, j’ai essayé de trouver la meilleure métaphore de la phase actuelle de mon processus artistique et je me suis souvenu de la « catastrophe mythique » appelée « La chute ». En conséquence, j’ai décidé de l’utiliser comme spectre conceptuel et métaphore de mes propres réflexions subjectives tirées du monde contemporain, et j’ai baptisé la série de photographies «Paradise Lost». Je crois que ce titre combine parfaitement le « passé déchu » avec le 21ème siècle.

Ma série de photographies relie l’idée de la dégradation des premiers humains à la dégénérescence de l’humanité à travers les siècles jusqu’à nos jours. Le titre est symbolique et décrit l’état d’être loin de l’espace sacré habité par Dieu, le manque de justice, la faiblesse de la volonté, la tendance au mal moral, la jalousie, l’hypocrisie, l’avidité et les guerres. La question que je pose dans ‘Paradise Lost’ est la suivante: quelle est notre relation avec les autres êtres humains et la planète? Comment traitons-nous la planète dans laquelle nous vivons? Pourquoi, au cours des siècles, l’humanité n’a-t-elle pas réussi à trouver un remède à la folie générale qui règne, à tous ces paysages brûlants et à ces guerres encore présentes dans le monde humain?

Quel est le sens de « Art » dans « Lost Paradise »? Mon intention était de mener une enquête sur les profondeurs de l’existence humaine, en créant des images qui émeuvent le public et inspirent une réflexion sérieuse. À mon avis, l’art devrait nous conduire vers la vérité et rendre témoignage de cette planète. Pour moi, l’art ne doit pas nécessairement être « joli » ou « agréable », mais doit transmettre un sens significatif et cartographier les changements historiques. Dans mon récit, le voyage commence aux temps bibliques, abordant les mythes culturels grecs et indo-européens avant de rencontrer les sociétés dystopiques contemporaines incapables de faire face à la technologie, le progrès technologique étant bien plus rapide que l’évolution spirituelle de l’humanité.
Si, comme il est dit, il est vrai que l’humanité est, par essence, une seule famille, chacun descendant d’un seul et même ancêtre, pourquoi nous battons-nous et ne nous respectons-nous pas? Pourquoi l’homme s’est-il montré si destructeur et a-t-il dévasté la planète si intensément, en éradiquant simultanément la plupart des espèces animales connues du paradis – les éléphants, les rhinocéros, les loups, les phoques et les poissons?

Selon une interprétation, après la chute de l’homme, le paradis a finalement été détruit par le grand déluge. Je crois que nous avons encore du temps et que nous pouvons changer la forme du monde actuel afin d’éviter une autre catastrophe de cette ampleur. Marcin Owczarek, 2015

PARADISE LOST
LA VILLE D’ILLUSION

L’idée de créer « The City of Illusion » est née après avoir visité deux villes. L’une de ces villes était la ville de Gdańsk, située en Pologne, tandis que l’autre était la ville magique de Bruges en Belgique. À Gdańsk, j’ai rencontré le personnage qui apparaît au premier plan de l’œuvre avec un corbeau perché sur la main. C’est un magicien dont le rôle est de créer l’illusion en laquelle les gens vont croire. Le « troisième oeil » sur son chapeau nous indique qu’il possède des compétences surnaturelles. Il peut voir ce que les autres ne peuvent pas et il est capable d’anticiper l’avenir. Le corbeau sur sa main est également important. Dans de nombreuses cultures, on pense que cet oiseau possède de nombreux attributs supérieurs, tels que son aptitude à parler et à jouer le rôle d’oracle. Les corbeaux étaient aussi des messagers des dieux. En Perse, ces oiseaux étaient liés au dieu de la lumière et du soleil.

J’ai découvert le bâtiment central, avec ses nombreuses portes, fenêtres et portes à Bruges. Ce bâtiment, ainsi que les portes situées à gauche et à droite de l’œuvre, rappellent le labyrinthe (de la vie) ou bibliothèque. En langage symbolique, on peut définir la bibliothèque comme source de connaissances, de mystère ou de force. La bibliothèque est également étroitement liée au labyrinthe, raison pour laquelle tous les mannequins de mon travail sont confrontés à un labyrinthe.

La figure à gauche tient le soleil, tandis que la figure à droite tient la lune. Symboliquement, leur rencontre prospective constitue l’expérience de la mort et de la vie éternelle. Ce sera le moment entre la terreur du temps qui passe et la beauté de l’âme immortelle. La figure à gauche a des ailes, ce qui indique qu’il s’agit du médiateur entre le ciel et la terre. Le personnage à droite a une tête de cheval. Les chevaux sont considérés comme des guides des âmes dans la vie après la mort et sont supposés pouvoir se déplacer librement entre les mondes mortel et divin.

Dans ce travail, je confronte deux illusions. Tout d’abord, comme nous l’avons déjà mentionné, il existe une prétendue « illusion positive » liée à la magie, à l’évolution spirituelle, à la réalisation de la vie et à la transformation mystique intérieure. Le revers de la médaille consiste dans la prétendue « illusion négative »; la partie destructive de la vie, constituant le consumérisme et tous les pièges qui attendent l’âme humaine, parmi lesquels tyrannie de l’aide sociale, matérialisme, consommation, jalousie, haine … Tous ces aspects ont conduit la race humaine à sa relation brisée actuelle avec la planète et les autres êtres humains. « L’illusion négative » est symbolisée par la voiture entourée de personnes (consommateurs), où l’on peut acheter toutes les tentations de notre monde.

Cette illusion est soulignée par la statue soufflant sur les consommateurs avides. Ici, la brume brouille et déforme notre perception; cela nous empêche de « voir » et de « ressentir » clairement. Il souligne le fait que nous vivons également dans une illusion parfaite, car il apparaît que nous ne manquons de rien, alors que la vérité est que simultanément, des milliers de personnes meurent de faim chaque jour. Des problèmes de surpopulation, de pollution et de déforestation existent. Il n’y a pas d’équilibre dans ce monde. C’est un aspect très négatif de la condition humaine. C’est aussi l’histoire derrière « The City of Illusion ».

                                                                                                                                                                                                           Marcin Owczarek, 2013

LA VILLE D'ILLUSION

LA VILLE D’ILLUSION

Taille: 70x170cm



https://www.marcinowczarek.com/artist

Je laisse un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

R.G.P.D.

formulaire de demande/ suppression de données personnelles

Sélectionner un type de demande :


%d blogueurs aiment cette page :